Fin du 747Z

    Même si on ne demande rien et que ça nous aille bien, on s’occupe de nous en haut
lieu.

    « On » nous a ainsi concocté une sacrée révision des nomenclatures NAF, et elles sont applicable depuis le 1 janvier 2008. On parle désormais de la NAF rév. 2.

    Pour les entreprises de propreté ex 747Z, ça donne ceci :

    Quatre classes au lieu d’une, on parle désormais du groupe 81.2.

GROUPE 81.2 : Activités de nettoyage

CLASSE 81.21Z : Nettoyage courant des bâtiments

NETTOYAGE COURANT EN MILIEU RÉSIDENTIEL OU HÔTELIER :

De parties communes d’immeubles

D’hôtels, de résidences de vacances

NETTOYAGE DE LOCAUX PROFESSIONNELS

Entretien général courant (sols, mobilier, etc.)

De locaux et centres commerciaux

De bureaux et locaux de type administratif

D’équipements collectifs : écoles, gymnases, musées, gares, aéroports, parkings, hôpitaux, etc.

D’usines et ateliers

CLASSE 81.22Z : Autres activités de nettoyage des bâtiments et nettoyage industriel

      
NETTOYAGE SPECIALISE, ENTRETIEN DE LOCAUX SENSIBLES (SANS COLLECTE DES DECHETS)

o En milieu hospitalier (y compris stérilisation des blocs opératoires)

o En milieu agro-alimentaire

o   En milieu industriel (y compris nucléaire et informatique)

    
NETTOYAGE DE VITRES

o En intérieur et extérieur, de vitres sur immeubles d’accès facile

o En extérieur, de vitres sur immeubles d’accès difficile

  •        RAMONAGE
  •          NETTOYAGE DE CUVES, BACS, CITERNES (sans collecte des déchets)
  • NETTOYAGE EXTÉRIEUR DE TOUT TYPE DE BÂTIMENT

CLASSE 81.29A : Les 3D

  •          DÉSINFECTION, DÉRATISATION, DÉSINSECTISATION (y compris nettoyage des vide-ordures)
  •          TRAITEMENT DES BOIS CONTRE LES INSECTES XYLOPHAGES
CLASSE 81.29B : Autres activités de nettoyage

       

  •  NETTOYAGE DE VÉHICULES DE TRANSPORT COLLECTIF (bus, trains, métro,
    avions, bateaux, etc.)
  • NETTOYAGE DES VOIES (y compris déneigement, salage…)

Vive la simplicité…

Pierre Falgayrac

http://www.hyform.fr

Toujours à propos du DAPA

    Bon, eh bien voilà…

    Le Lycée agricole avec le quel je disais être en négociation pour dispenser de véritables formations en lutte antiparasitaire à l’occasion des stages pour le  renouvellement ou l’obtention du DAPA vient de me faire comprendre que ce ne serait pas possible.

    En effet, les formateurs « en place » ont besoin de travailler et estiment couvrir suffisamment le champ du référentiel du DAPA pour n’avoir pas besoin du trublion que je suis…

    Ensuite, l’établissement ne souhaite pas communiquer autour du renouvellement du DAPA, arguant du fait que ce sont les certifiés qui doivent prendre l’initiative de se rapprocher de lui…

    En clair, bien que le directeur de l’établissement ait été convaincu par mes arguments, le confort de l’immobilisme fonctionnaire fait des ravages…

    Le sytème régissant le DAPA est incohérent et vétuste, mais on va continuer quand-même, comme ça.

    Et pendant ce temps-là… 

    Les souris dansent ! 

Pierre Falgayrac

http://www.hyform.fr