Le DAPA et CERTIPHYTO sont morts, vive pas grand chose!

Le site officiel Chlorophyl a été mis à jour le 1er février 2012, et présente en ligne les textes d’octobre 2011, qui signent l’arrêt de mort du DAPA et du dispositif expérimental
CERTIPHYTO, et la naissance de la Certification Individuelle Phytopharmaceutique.

Le lien est : 

http://www.chlorofil.fr/diplomes-et-referentiels/formations-et-diplomes-textes-officiels-et-documents/certificats-individuels-professionnels-produits-phytopharmaceutiques.html

Nous en avons déjà décrit les grandes lignes et présenté quelques commentaire dans un précédent article.

Nous revenons sur le sujet car la liste des établissements habilités pour faire passer cette certification est publiée, et pour souligner d’emblée que cette nouvelle certification n’est pas accessible par la VAE, donc illégale !

Il avait fallu attendre plusieurs années pour que le DAPA soit accessible par la VAE. Faudra-t-il aussi attendre aussi longtemps pour le Certificat Individuel? Ce serait étrange, car le législateur semble avoir tenu compte de la plupart des reproches qui étaient faits au DAPA.

Ainsi, il s’agit enfin d’une certification individuelle, et une harmonisation des contenus et des durées est établie. Il est même précisé que les centres habilités doivent « s’informer sur les spécificités de l’activité professionnelle des stagiaires et les problématiques environnementales du lieu où ils exercent leurs fonctions ». 

Il serait donc légitime d’espérer enfin des contenus pertinents pour les applicateurs des PCO (pour « Pest Control Organisation » – entreprises de dératisation, désinsectisation et désinfection). A part que la première liste des organismes habilités mentionne tous les CFPPA
qui s’occupaient du DAPA (plus les Chambres D’agriculture et quelques FREDON), dans lesquels on ne trouve que très exceptionnellement des experts de la lutte contre les nuisibles.
Nous ne nous avançons guère en supposant qu’ils doivent se compter sur les doigts d’une main, pour la France entière.

Pourtant, quelles connaissances essentielles sont-elles nécessaires pour utiliser le moins possible de produits phyto et biocides ? La compréhension des étiquettes et fiches techniques des produits, ou la connaissance des arthropodes et rongeurs cibles ? Les deux, assurément. Mais à l’heure actuelle, c’est un peu comme si on exigeait des certifiés qu’ils connaissent bien les ingrédients et dosages d’une recette de cuisine, sans exiger qu’ils la mette en œuvre et la serve aux clients.

Le Certificat Individuel Biocide, qui correspondrait bien à la réalité des PCO, est toujours en
gestation, et son dispositif est calqué sur celui du Certificat phytopharmaceutique. De là à déduire que les centres de formations habités pour le second le seront automatiquement pour le premier, il y a un pas que nous franchissons sereinement : les petits arrangements entre amis sont une constante en politique, car il s’agit bien de politique, puisque tout est géré par des ministères.

Nous nous félicitions des progrès certains que ces nouvelles certifications apportent, mais nous déplorons que leur maitrise d’œuvre demeure dans les mêmes mains : c’est un excellent moyen pour que les choses ne progressent pas trop vite !

Nous œuvrons actuellement à la procédure d’habilitation d’un centre de formation à orientation PCO , puisque les nouveaux textes prévoient, en quelque sorte, une « ouverture à la concurrence des OF ». Dire que c’est un long parcours du combattant tombe sous le sens…

Donc, à ce jour, il n’y a toujours pas de certification pertinente pour les PCO, mais les donneurs d’ordres demandent aux entreprises d’exhiber un agrément. Qui n’existe pas… Heureusement que ceux qui avaient un DAPA valide ont obtenu automatiquement leur Certificat Individuel Phyto. Ce qui permet à leurs entreprises d’être « en règle ». Les distraits, négligents ou nouveaux arrivants dans le métier sont marrons, par contre…

Voilà comment après avoir enterré le non regretté DAPA et son cousin CERTIPHYTO, on peut fêter pas grand chose…

Pierre Falgayrac

http://www.hyform.fr

Publicités