Des souris au Quick de Belleville

L’info et la vidéo ont fait le tour du
Web.

 Considérons la réaction de la haute direction
devant le buzz :

 « France Quick regrette la présence
inopinée de rongeurs dans son restaurant Quick de Belleville. Ce
restaurant dispose d’un contrat permanent de dératisation et
fait donc l’objet de passages réguliers de professionnels. Un
passage supplémentaire a été immédiatement demandé par la
direction. Ce type de nuisance n’est pas une prérogative des
établissements de restauration rapide mais un véritable problème
pour l’ensemble des établissements commerçants des grandes
villes de France 
».

Dans le genre langue de bois et
« c’est pas ma faute, mais c’est l’autre qui y
est 
», le sublime est tutoyé.

Donc, un simple contrat de
dératisation-désinsectisation suffit à être tranquille, puisque des
passages réguliers de professionnels sont prévus. Nous ignorons les
critères de sélection du prestataire et le contenu du contrat, mais
il est clair que le nombre de passages est insuffisant, et du coup,
« le passage supplémentaire demandé par la direction du
magasin
 » est du plus ridicule qui soit.
Pourquoi ?

La vidéo montre des souris parfaitement à
l’aise malgré la lumière, qu’elles n’aiment pas, ce qui indique
qu’elles ont l’habitude des lieux, depuis plusieurs jour à
l’évidence. Donc, comme elles défèquent une crotte par heure
d’activité sur la zone où elles circulent, et qu’elles urinent, le
personnel du matin voit, et sent, depuis plusieurs jours, les
signes incontestables de leur présence.

Si donc Quick était respectueux de l’hygiène de
sa cuisine, le professionnel aurait dû être appelé bien avant que
le buzz se produise, point barre.

Mais quelle monstruosité de lire que les souris
ne sont « pas une prérogative des établissements de
restauration rapide mais un véritable problème pour
l’ensemble des établissements commerçants des grandes villes
de France ».

Autrement dit, les souris qui se baladent dans
la cuisine, Quick n’ a pas à s’en occuper, en en plus, tous ses
concurrents ont eux-aussi des souris, mais ils ne se font pas avoir
par un malfaisant avec un téléphone portable qui
filme !

Non, nous ne rêvons pas, ce sont les propos
d’un très grand patron de Quick…

Pour lutter contre la souris, il faut du temps
et des compétences. Le problème n°1 dans le cas du Quick est la
concurrence alimentaire. Une solution est d’empoisonner une partie
des aliments jetés à la poubelle, et de les présenter dans la
cuisine juste avant la fermeture. Si elles n’ont que ça à manger,
donc si la cuisine est bien rangée et nettoyée, les souris seront
mortes le lendemain matin.

Ça paraît simple, n’est-ce pas ? Trop
simple, sans doute, pour des
« professionnels »…

Pierre
Falgayrac

http://www.hyform.com

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s