Au sujet de l’accident TER / TGV près de Pau


Nous lisons dans « Le Monde » : La collision d’un TER et d’un TGV près de Pau, qui a fait 40
blessés le 17 juillet 2014, lorsque le premier a percuté le second en raison d’un signal passé au vert, est en partie due, selon la SNCF, à des rongeurs qui ont endommagé des câbles.


Selon un rapport de la SNCF, publié samedi 26 juillet,  » une conjonction technique très exceptionnelle et sans précédent «  a impliqué le  » cumul de trois événements «  :  » L’action de rongeurs sur les gaines d’isolement des câbles, malgré le dispositif de précaution existant ; le fait que les deux fils détériorés étaient situés à l’extrémité de la chaîne électrique commandant le signal ; enfin, une séquence défavorable provoquant la mise en contact de deux fils électriques, comme des vibrations ou encore la mise en tension des circuits voisins. «  C’est
donc parce que les fils électriques étaient en partie exposés qu’ils ont été mis en contact et ont amené le signal à passer au vert alors que le TER reliant Pau à Dax aurait dû rester à l’arrêt
en attendant le départ du TGV Tarbes-Paris. La SNCF précise que d’ici à la fin septembre, les 10 000 installations similaires seront vérifiées. – (AFP.) © Le Monde

En l’absence de davantage d’informations, il est difficile d’émettre un avis péremptoire. Mais devant la gravité des conséquences de cet incident, il me semble judicieux de souligner certains faits.

Il ne faut pas être voyant extra-lucide pour deviner que « le dispositif de protection existant » est un classique dispositif d’appâtage avec rodenticide en bloc ou sachet, qu’utilise abondamment le service interne de dératisation de la SNCF.

Par ailleurs, si les rongeurs s’en sont pris aux câbles électriques, c’est :

1/ Qu’ils n’avaient pas d’autres matériaux à ronger ;

2/ Qu’ils nidifient à proximité immédiate ;

3/ Donc qu’il y a à manger.

Pour le 1/ Leurs dents hypsodontes (qui poussent en permanence) les obligent à ronger. En
l’absence de « matériaux » naturels, les rongeurs s’en sont prix aux matériaux tendres présents, les câbles électriques… Voilà pourquoi je conseille de placer dans toutes les armoires et installations électriques à protéger un bout de branchage qui ne présente aucun danger de mise à feu spontanée, et vers lequel les rongeurs se dirigeront naturellement (voir mon
dernier livre, disponible ici), en délaissant les câbles électriques.

Pour le 2/ et 3/ s’ils nidifient sur place, c’est qu’il y a manger. Donc qu’il y a des déchets non ramassés, ou un site de restauration « sur le pouce » pas très bien tenu puisque des reliefs de repas attirent les rongeurs. Il y a donc un problème de concurrence alimentaire, que les appâts du service de dératisation ne résolvent pas. Preuve de l’incompétence du service en
question… Les problèmes n°1 et 2 à résoudre pour toute dératisation/désourisation sont :

1/ La réduction des ressource trophiques (ressources alimentaires et possibilités de
nidification) ;

2/ La prise en compte de la concurrence alimentaire, autrement dit, proposer des appâts plus appétissants que la nourriture habituelle des rongeurs.

Bref, attendons les résultats de l’enquête ; qui sera biaisée, car il n’y a aucun expert en dératisation près des tribunaux…

Pierre Falgayrac

http://www.hyform.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s