La dératisation des prisons et la lutte contre les blattes et les punaises des lits

Je précise d’emblée que je connais très bien le milieu carcéral pour avoir dispensé plus de 1.000 heures de formation, sur 2 ans, à des détenus d’un grand centre pénitentiaire du sud de la France. J’ai donc largement eu le temps d’étudier les problèmes qui font aujourd’hui l’actualité.

1/ La dératisation

Les rats prospèrent là où il y à manger, boire et de quoi nidifier. Les déchets comestibles jetés en permanence par les détenus, depuis les fenêtres de leurs cellules, sont évidemment la première chose à considérer : il faudrait idéalement les nettoyer chaque jour avant le coucher du soleil, moment où les rats sortent pour manger. Or, ce sont quelques « punis » qui de temps à autre nettoient les lieux, au rythme de la prison…

Le recours à un « professionnel » qui ne prendra pas à sa charge le nettoyage préalable des lieux infestés se résumera à la pose d’appâts au milieu de la nourriture saine ; autrement dit, une miction dans un violon… C’est l’histoire de l’île Henderson au sud de l’Australie : le déversement de 75 m3 de raticides pour se débarrasser du surmulot n’ont servit à rien, car les rats préféraient la nourriture saine, très abondante, aux appâts…

Comment faire ? C’est très simple.

  • Le prestataire doit intégrer dans son prix le coût du nettoyage des déchets, qui doit s’achever au coucher du soleil. Cela demandera, selon les endroits, de 5 à 15 personnes et de 5 à 10 gros containers ;
  • En suivant, répandre directement au sol, près des terriers, 50 à 60 kg de blocs hydrofuges à la difethialone ou brodifacoum, qui auront été préalablement largement arrosés de Viandox, pour en augmenter l’appétence ;
  • Le lendemain et le surlendemain, ramasser les cadavres de rats et les brûler en tas, au milieu de l’espace traité.

La quantité d’appâts (j’ai indiqué 50 à 60 kg car c’est ce qui conviendrait pour la prison que je connais bien) doit correspondre à deux repas par rats.

Pourquoi aromatiser les appâts au Viandox ? D’abord parce qu’il y aura toujours la concurrence alimentaire des déchets comestibles jetés après le coucher du soleil, ensuite, c’est le meilleur moyen de s’assurer une consommation totale des appâts (une dératisation réussie, c’est 90 à 95% des appâts consommés).

Après un tel traitement, il faudra 3 à 6 mois pour que les rats reviennent en nombre. Il est donc possible d’établir un planning annuel pour réguler leur taux d’infestation.

2/ La lutte contre les blattes

Là aussi c’est un problème simple : application de 10 à 15 gouttes de gel « blattes » dans chaque cellule, et dans tous les locaux concernés (dont ceux des surveillants). Pour les cuisines, c’est beaucoup plus, bien sûr : 150 à 200…. Bien que le but de cet article n’est pas d’expliquer comment faire, je précise que les gouttes doivent être de la taille d’une tête d’allumette et posées « là où ni les mains ni les yeux ne vont», autrement dit là où circulent et se cachent les blattes. Ce qui représente un temps de travail d’environ 5 à 7 minutes par cellule.

 

3/ La lutte contre les punaises des lits

Là aussi c’est facile, car il n’y a pas besoin d’insecticide, juste de temps et de patience ; choses dont disposent tous les détenus : ce seraient à eux de s’en occuper.

Les punaises se réfugient dans les moindres anfractuosités et espaces entre les éléments d’un lit. Une bonne vue et un éclairage correct sont nécessaires pour repérer les endroits où elles se trouvent et pondent. Pour donner une idée, c’est un travail de recherche méthodique, méticuleux, qui demande plus d’une heure à un professionnel qui traite une chambre d’hôtel. Les détenus pourraient fort bien en faire leur affaire puisque ce sont les premiers concernés.

La punaise se déplaçant lentement, il suffit de l’écraser avec un doigt, de la brûler avec une cigarette ou de l’ébouillanter avec de l’eau.

Bref, il leur faudrait une petite formation, ou l’administration pourrait éditer à leur intention un document avec des photos et très peu de texte, pour qu’ils comprennent comment procéder. Je suis à la disposition de l’administration pour ce faire.

Malheureusement, les traditions et l’ambiance très particulières de la prison rendent bien des choses simples impossibles à mettre en œuvre…

Pierre Falgayrac

http://www.hyform.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s