Les rats prolifèrent-ils vraiment à Paris ?

C’est cette information que relaient en boucle tous les médias, sauf Europe 1, qui m’a fait l’honneur d’un interview sur ce sujet par Jean-Jacques Hery, dans les journaux de 7h et 18h le 8 octobre dernier.

Je le remercie d’avoir repris mes arguments dans son reportage, arguments que je vais exposer en détail ici.

Faisons d’abord le point. Depuis quelques années, de nombreux rats sont vus en plein jour dans les parcs et espaces verts fréquentés les parisiens et les touristes. Bien que des parcs soient fermés plusieurs jours, le temps nécessaire à une dératisation, les rats sont toujours là.

Et Mme le Maire, sur RTL, de reconnaitre qu’il y a davantage de rats à Paris qu’avant, et d’accuser les parisiens et visiteurs de laisser trop de reliefs de leurs casse-croutes à disposition des rats. D’où la création de brigades d’incivilités.

Bien que ne vivant pas à Paris, mais m’y rendant régulièrement pour raisons professionnelles depuis plus de 30 ans, je n’ai pas observé que les comportements inciviques des passants aient évolué, en mal comme en bien. A supposer que ce soit réellement le cas, il se seraient donc brusquement dégradés en 2014, lors des premières infestations de rats sur les jardins du Louvre… Restons sérieux, ce n’est pas l’hypothétique dégradation des comportements citadins qui peut expliquer la prolifération des rats !

En attendant, on dépense des sous pour tester leur résistance aux anticoagulants (le poison utilisé dans les appâts raticides), tout en reconnaissant que « ce ne sera qu’une partie de la réponse » (Bernard Jomier, adjoint à la Santé de la maire de Paris). Effectivement, non seulement cela ne donnera aucune explication à la prolifération des rats, mais ça n’en donnera pas non plus sur l’inefficacité des traitements. Pourquoi ? Parce que les rats qui sortent des parcs « fermés pour dératisation » afin d’aller se nourrir à l’extérieur, démontrent qu’ils ne sont pas attirés par les appâts empoisonnés mis à leur disposition par le SMASH (service Hygiène de la Ville de Paris). C’est donc un problème d’appétence et pas de résistance (d’ailleurs comment devenir résistant à un poison qui n’est pas consommé ???).

Pour expliquer la « prolifération », Geoffroy Boulard, le maire du XVII donne une piste :« Sans doute du fait des nombreux travaux qui sont en cours dans (tramway, la ZAC des Batignolles, le creusement de la prolongation de la ligne 14, le TGI) », pour affirmer ensuite « mais bien plus sûrement à cause de l’incivisme de certains habitants qui négligent les sacs-poubelles, les rats ont fait ici un beau terrain d’action. » La conclusion est désolante, mais la première proposition est la bonne, j’y reviens plus loin.

Ce que personne ne dit, je dis bien personne, parmi les différentes sommités consultées et les reportages de journalistes, c’est que :

– Les rats sont nyctalopes. Ce n’est pas un gros mot, cela veut dire qu’ils sortent de leur terrier quand le soleil se couche, et qu’ils y rentrent quand il se lève ;

– Ils passent 60 à 75% de leur temps dans leur terrier, et n’en sortent que pour boire, manger et ronger (pour user leurs dents hypsodontes (à croissance continue)). Autrement dit, ils ne se promènent jamais et ne se déplacent « qu’utile » ;

– Ils consomment l’équivalent de 10% de leurs poids par jour en plusieurs fois (ils ne font pas de vrais repas au sens où nous l’entendons, nous humains, mais grignotent plusieurs fois pendant leur période d’activité) ;

– Il n’y a quasiment rien à manger dans les égouts. Les rats s’y abritent parce qu’il y a à boire et qu’il n’y a pas de prédateurs, mais le peu de déchets comestibles qui traversent les grilles d’avaloirs ne suffisent pas à les nourrir. Voilà pourquoi ils sortent des égouts : pour manger ;

– La majorité d’entre eux colonisent égouts et caves et s’installent au plus près de la nourriture, pour avoir le moins de chemin à parcourir. Ils sont en effet d’un naturel craintif et n’aiment pas se déplacer à découvert (crainte du prédateur ailé).

Donc, voir des rats en plein jour n’est pas normal. Pour trouver la réponse à ce problème, il faut se poser les bonnes questions. Dans le genre : D’où viennent-ils ? Qu’est-ce qui les a chassé de l’endroit où ils se trouvaient avant, et où ils étaient si discrets qu’on les voyait peu ?

Il s’agit tout simplement des travaux d’excavations et de démolitions, qui fleurissent dans Paris depuis quelques années. Les vibrations du sol, sous l’effet des pelleteuses et marteaux-piqueurs, dérangent les rats dans leurs terriers et les contraignent à migrer ailleurs, mais le moins loin possible. Car le rat d’égout (Rattus norvegicus), en accord avec son tempérament craintif, est un migrateur (c’est d’ailleurs le titre d’un livre scientifique qui lui a été consacré au début du XXème siècle). Les gros travaux dans les rues de Paris produisent le même effet que la guerre et l’anarchie dans certains pays : des flots de migrants.

Que se passe-t-il réellement chez les rats en période migratoire ? D’abord, et surtout, ils doivent manger. Comme c’est leur odorat qui régente leur vie (il est 1.000 fois plus discriminant que le nôtre), ils se dirigent naturellement vers les odeurs de nourriture. Et là, Vigipirate joue un rôle bien plus déterminant que les incivilités des parisiens et touristes : les sacs poubelle en plastique transparent laissent passer beaucoup plus d’odeurs qu’un container correctement fermé. Depuis peu, elles sont collectées en fin d’après-midi, pour éviter de laisser à manger aux rats pendant la nuit, ce qui est une très bonne chose. Mais les rats, qui ont d’excellentes capacités cognitives, se sont adaptés en se nourrissant avant qu’elles soient vidées. Ceci étant, seuls les rats les plus forts et les plus expérimentés peuvent le faire. Et que font les autres, trop faibles ou trop craintifs pour affronter le jour et ses dangers ? Eh bien, ils meurent. De plus, en période migratoire il n’y a pas de reproduction : les femelles en œstrus repoussent les assiduités des mâles, tant qu’elles ne sont pas en mesure d’élever leurs petits en sécurité, dans un terrier. C’est le propre de toute migration : les plus faibles n’y résistent pas et la reproduction passe au second plan.

La situation est donc paradoxale : il y a en fait moins de rats, mais on ne voit qu’eux. Comme les migrants…Merci de ne pas me faire dire ce que je n’ai pas dit : les migrants ne sont pas des rats, ce sont les rats qui sont des migrants naturels.

Comment prévenir ce genre de situation à l’avenir ?
En procédant à la dératisation préalable d’un site avant travaux programmés. Je sais que les agents du SMASH prétendent que c’est impossible, mais qui peut croire qu’une municipalité qui impose contre vents et marées médiatiques des voies sur berge piétonnières, n’est pas capable d’édicter un arrêté de dératisation obligatoire d’une rue ou d’un quartier ? Qui peut croire que la Ville de Paris n’est pas capable de mettre en balance le coût de la prévention par rapport au coût de la carte postale écornée par le buzz (mondial ! ) autour des rats.
Ce qui ressort des interviews des différents personnages politiques, c’est qu’ils n’y connaissent rien en rats. Il est certes difficile de le leur reprocher tant il y a des problèmes plus importants à régler, mais ils pourraient s’assurer d’aller chercher des conseils aux bonnes adresses. Et là, c’est pas gagné… La preuve : non seulement personne n’a évoqué ce que j’ai écrit en première partie de cet article, mais le plan de lutte contre les rats présenté au printemps n’a rien d’expert. Détaillons-le :

Empêcher les rats de sortir des égouts
1/ Dans le cas de la Ville de Paris, cela ne veut strictement rien dire. « Etanchéifier les égouts » cela sent le discours répétitif du Dr Michaud, de l’ISTAV (un de nos confrères formateur), qui n’est manifestement jamais entré dans un égout. Autant l’étanchéité d’un réseau d’eaux usées est un objectif vers lequel on peut tendre, autant c’est strictement impossible avec un réseau d’eaux pluviales ou un réseau unitaire, qui collecte les deux eaux sans les différencier. Or, c’est le cas des égouts de Paris, qui comptent 30.000 regards / avaloirs, et qui fonctionnent par gravitation. Etanchéifier les égouts, c’est les empêcher de fonctionner !
2/ Comme déjà dit, il n’y a quasiment rien à manger dans les égouts et c’est bien pour ça que les rats en sortent ! J’ai passé des dizaines d’heures dans les égouts de plusieurs villes à étudier le comportement des rats et j’affirme, preuves photographiques et vidéos à l’appui, que les égouts constituent seulement un site idéal pour boire, creuser des terriers et s’abriter des prédateurs, mais en aucun cas ne sont un espace de nourrissage. C’est d’ailleurs pour cette raison que les rats ne sont pas uniformément répartis dans un réseau : ils se regroupent en fonction des ressources alimentaires disponibles en surface.

Éliminer progressivement les rats dans les parties en sous-sol des immeubles bâtis et dans les zones faisant l’objet de travaux
Oui, très bien, c’est que je préconise aussi ! Mais comment procéder sans obliger, par arrêté municipal, les bailleurs et syndics à dératiser les caves de leurs immeubles en gestion ? De toute façon ça ne fonctionne manifestement pas…

Cibler drastiquement la population de rats indépendants des égouts, vivants en surface. Dans les parcs et jardins de la ville, les zones les plus touchées commencent à être clôturées et de nouveaux pièges sans risque pour l’environnement seront expérimentés. Le protocole d’intervention se déploie en plusieurs temps :
• fermeture des squares pour la durée des opérations de dératisation,
• pose de boîtes sécurisées contenant des appâts anticoagulants,
• évaluation visuelle de la consommation des appâts et comptage et élimination des cadavres,
• rebouchage des terriers.

Le « drastiquement » laisse rêveur, car depuis le mois de mars, les résultats ne sont guère probants ; quant aux expérimentations, elles ont manifestement fait long feu… Effectivement, l’utilisation de pièges à prises multiples fonctionnant avec une bascule demande un savoir-faire qui ne peut pas se résumer par « pose ça ici et on rentre »…
Les parcs sont donc fermés au public afin que les poubelles ne soient plus remplies et que des déchets de repas ne se retrouvent sur les pelouses. Bonne mesure puisque la concurrence alimentaire entre l’appât empoisonné et l’aliment sain habituel est le problème n° 1 de la dératisation.
La technique consiste donc à poser de boites en plastique « sécurisées », contenant les appâts des fournisseurs attitrés de la Ville de Paris, appâts qui séjournent depuis plusieurs semaines ou mois dans un bidon plastique ; les boites sont posées près des terriers repérés et dans la zone de circulation estimée des rats.

Mais alors, comment se fait-il que l’on voit des rats sortir des « parcs fermés pour dératisation » pour aller se nourrir sur le trottoir d’en face ? Tout simplement parce que les appâts posés à l’intérieur du parc ne sont pas appétissants et que les rats préfèrent aller manger autre chose ailleurs. Donc, le problème de la concurrence alimentaire n’a pas été résolu. Disons que les techniques d’amélioration de l’appétence des appâts nécessitent un certain savoir-faire, et que les dératiseurs parisiens ne les maîtrisent pas.
Quant aux évaluations visuelles des consommations et aux comptages des cadavres, on attend toujours. De toute façon, la majorité des rats empoisonnés aux anticoagulants meurent dans leurs terrier. Comment donc les compter ?
Quant au rebouchage des terriers, ça ne sert à pas grand-chose ou rien : ou les rats sont vivants et creusent à côté pour sortir (mais ils quitteront les lieux et n’y reviendront pas), ou le terrier est déjà abandonné.

Le plan de lutte se poursuit ainsi :
Un programme d’action de long terme est parallèlement mis en œuvre afin de réduire au maximum la menace de retour des rats après la dératisation initiale effectuée. Un vétérinaire de la Ville pilote ce programme d’action qui comprend :
• l’installation de corbeilles inaccessibles aux rats, l’adaptation des horaires de passage des agents de la Direction de la propreté et de l’environnement (DPE) afin d’éviter que des déchets restent dans l’espace public sur de trop longues périodes,

Trèèèèès bien. On attend toujours… Mais que fait le vétérinaire pilote ?

des actions de communication incitant le public à adopter des comportements adaptés (pas de nourrissage, dépôt des déchets alimentaires dans les corbeilles prévues à cet effet, vigilance lors de pique-nique…),
Ah oui, comme pour les pigeons. Donc, rien de bien concret à espérer de ce côté-là.

la multiplication des rondes effectuées par la brigade de lutte contre les incivilités, le nourrissage et l’abandon de déchets,
• le déploiement d’agents en renfort si nécessaire.

Du coercitif et du personnel supplémentaire, la recette miracle qui fonctionne à tous les coups, n’est-ce pas ?

Ce qui est certain, c’est que ce plan de lutte transpire l’inculture du rat, or tout commence par la prise en compte de son mode de vie et son éthologie (étude du comportement – voir 1ère partie de cet article).

Quelles constructions, mêmes intellectuelles, peuvent-elles se passer de fondations ? Aucune, la preuve vient d’en être faite.

Pierre Falgayrac
http://www.hyform.fr

 

Publicités