L’étude de l’INRA – VetAgroSup et de l’Institut Pasteur sur les rats capturés dans le parc des Chanteraines (Hauts-de-Seine)

Cette étude fait le buzz et occasionne des articles pitoyables sur bien des médias (Consoglobe, Sixtualités et LCI notamment, Presse INRA et Sciences et Avenir dans une moindre mesure). Pourquoi « pitoyables » ? Parce qu’aucune analyse en profondeur ne préside à l’écriture des articles, ce qui amène à des conclusions aussi creuses qu’injustement alarmistes.

Résumons les faits

86 rats surmulots ont été capturés dans le parc, puis euthanasiés à fin d’examens. Les résultats mis en avance dans tous les médias cités (et d’autres), sont les suivants :

  • Grande diversité génétique (c’est à dire que la majorité des rats n’étaient pas parents entre eux et arrivaient de l’extérieur du Parc) ;
  • Des résidus de plusieurs molécules raticides (anticoagulantes) trouvées dans les foies, et plus de la moitié des rats résistaient à ces molécules ;
  • 16 parasites identifiés, potentiellement vecteurs de zoonoses.

Les conclusions de tous les articles vont dans le même sens : il faut mieux gérer nos déchets (qui attirent les rats) et développer de nouvelles molécules raticides pour remplacer les anticoagulants. Gwenaël Vourc’h, l’auteure de l’étude, écrit que « Les résultats de ces travaux seront très utiles pour développer et mettre en œuvre des méthodes de lutte intégrée contre des populations de rongeurs en milieu urbain, respectueuses de l´environnement et adaptée au contexte local ». Avec tout le respect dû à cette personne, je considère qu’il s’agit de propos peu consistants et contradictoires avec les résultats obtenus : Il y a des lustres que les techniques de lutte intégrée sont connues (elles sont d’ailleurs le fondement de la norme européenne EN 166-36, qui est le nouveau standard de référence des professionnels), et ce sont les mauvaises pratiques de professionnels formés par des fournisseurs de biocides (cherchez l’erreur…) qui ont rendu inefficaces les anticoagulants, dont l’usage raisonné préserve l’environnement. Ce que montrent d’ailleurs les résultats de l’étude !

Développons

Commençons par ce qui n’est pas mis en évidence dans l’étude : ses tenants et aboutissants.

  • La majorité des rats capturés pesaient 200 grammes. Or, les rats adultes pèsent de 300 à 350 g ; il n’y a donc que des jeunes ou des rachitiques qui ont été capturés. L’étude est dés lors incomplète ;
  • Il n’y a aucune indication sur des travaux récents ou en cours à proximité du parc. Or, le surmulot est un migrateur instinctif, qui s’installe au plus près de la nourriture, et y reste tant que les conditions ne changent pas. D’où venaient donc les rats capturés dans le parc ? Ce point n’est pas abordé dans l’étude, alors même qu’il est évoqué des « connections spatiales et d´échanges génétiques entre différentes populations de rats au-delà des limites du parc et du périmètre de dispersion fréquemment admis pour ces animaux. ». Le cas de la ville de Paris montre bien que ce sont les nombreux travaux en cours qui provoquent des migrations de rats en surface. Il aurait donc convenu de rechercher les causes de la présence des rats « étrangers » au parc;
  • Les parasites identifiés sont présent sur les rats depuis toujours et n’ont à ce jour pas occasionné de zoonoses. Pourquoi donc évoquer de « potentielles transmissions à l’homme» et affoler inutilement les lecteurs ? (voir un précédent article de ce blog sur les « 18 nouveaux virus de rats » découverts par les américains).
  • Et surtout, pourquoi en sommes-nous arrivés à cette situation ? Pourquoi les rats résistent-ils aux anticoagulants ?

 

Des éléments de réponses se trouvent dans le dernier numéro de Nuisibles et Parasites Informations (le magazine du milieu professionnel), à la rubrique « Expertise – Rongeurs, adapter la lutte à la saison »

Il est conseillé « d’appliquer des appâts placebo (sans poison) pour habituer les rongeurs, et d’effectuer une visite de contrôle 2 mois maximum après la mise en place. En cas de consommation nulle, on regarnira les postes à l’aide placebos « frais ». En cas de consommation modérée, on les remplacera par des produits à base de bromadiolone. Si la consommation dépasse 60%, il faut passer au traitement de choc en doublant la quantité de postes, en utilisant des appâts à la diféthialone, qui procure un effet choc, pour garnir les nouveaux et remplacer les appâts anciens. Il sera éventuellement nécessaire de réorganiser le plan de dératisation (emplacement des postes d’appâtage) pour se rapprocher des zones de passages et de consommation »

Oui, vous avez bien lu, un expert préconise de dératiser « à l’envers » : si le dispositif ne fonctionne pas bien, il convient de repérer les zones de passage et consommation… Alors que la norme EN166-36, le nouveau standard européen du métier, édicte avec raison qu’il faut commencer par là ! Notons que l’expert préconise aussi de maintenir des postes inutiles (ceux où il n’y a pas de consommation).

Le récent audit que nous avons réalisé pour une ville portuaire (second port céréalier de France) confirme que les professionnels pratiquent bien ainsi : 80 postes d’appâtage avec appâts à la diféthialone sont répartis dans des enrochements et sur les quais. Ils sont suivis tous les deux mois, avec renouvellement des appâts là où il y a eu de la consommation.

Que se passe-t-il réellement lorsque il est dératisé de la sorte ?

Rappelons que les rats consomment l’équivalent de 10% de leur poids par jour, en grignotant tout au long de leur période d’éveil. Que ce soit dans les parcs ou un port céréalier, la nourriture saine est abondante. Les consommations partielles d’appâts indiquent donc que les rats se nourrissent sainement par ailleurs, et ne consomment pas suffisamment d’appâts empoisonnés pour mourir.

Autrement dit les experts des fournisseurs de biocides apprennent à leurs clients à fabriquer des rats résistants aux anticoagulants. Voilà ce que démontre en fait l’étude de Mme Gwenaël Vourc’h.

Comment faut-il dératiser avec les anticoagulants pour ne pas générer de la résistance ?

1/ Identifier et quantifier le nombre de rongeurs présents sur un site (analyse des fèces (ou crottes), des points de boisson, de nourrissage et de dégâts, des traces de passage ; repérage des terriers ou de leur emplacement probable…) ;

2/ Gérer les déchets, supprimer autant que faire se peut la nourriture saine ;

3/ Obturer les passages utilisés et potentiels avec de la laine d’acier ;

4/ Si possible, utiliser en priorité des pièges sans biocides à prises multiples (nous préconisons les Mimetic Mhouse pour leur rapport efficacité/ prix), et des ultrasons ;

5/ Améliorer l’appétence des appâts anticoagulants (difethialone ou brodifacoum) avec des saveurs culinaires, ;imprégner les boites d’appâtage sécurisées d’odeurs alimentaires. Manipuler ces choses avec des gants de peau (gants de bricolage), imprégnés d’odeurs alimentaires et/ou naturelles (terre) ;

6/ Placer les dispositifs au plus près des nidifications, en nombre suffisant pour que tous les rongeurs accèdent aux appâts (un seul rat à la fois peut pénétrer dans un poste d’appâtage) ;

7/ Suivre à +3 jours maximum (le lendemain pour les souris). Renouveler les appâts jusqu’à l’arrêt des consommations (autrement dit, la majorité des chantiers sont achevés en une à deux semaines)

8/ Tout enlever quand c’est fini.

Bien sûr, la dératisation d’un parc aussi vaste que celui de Chanteraines ne peut pas s’envisager aussi simplement : une expertise sur place est nécessaire pour établir un plan de lutte cohérent, qui s’étalera dans le temps puisque des rats arrivent de l’extérieur.

Concluons

L’étude de Mme Gwenaël Vourc’h démontre que les protocoles de dératisation pratiqués par les professionnels sont peu efficaces et génèrent des rats résistant aux anticoagulants. Ce n’est pas la découverte de nouvelles molécules qui résoudra le problème, mais bien une refonte du métier de dératiseur.

Et là, il y a du travail… Les fournisseurs de biocides sont d’importants cotisants de la Chambre Syndicale 3D, ils dispensent des formations et certifications qui avalisent les pratiques de « poseurs de boite et puis s’en vont », et ont la mainmise sur le contenu du seul magazine professionnel (N&PI).

Ou quand le lobbying devient gabegie.

Pierre Falgayrac

http://www.hyform.fr

Publicités

3 réflexions sur “L’étude de l’INRA – VetAgroSup et de l’Institut Pasteur sur les rats capturés dans le parc des Chanteraines (Hauts-de-Seine)

  1. Pingback: Quand la CS3D fait du lobbying politique | HYFORM, le blog

  2. Pingback: Rats à Paris: «Ils sont même utiles en termes de propreté», explique un expert en hygiène et sécurité – Information

  3. Pingback: Les rats pullulent à Paris : 7 questions sur une invasion hors de contrôle – RESEAU ACTU

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s