À propos de ce blog

Ce blog est adossé au site http://www.hyform.fr/

Il traite donc :

  •   De la formation professionnelle, de son environnement et ses acteurs
  •   De la dératisation et de la désinsectisation, et donc des rats et insectes
  •   De l’hygiène et la propreté des locaux
  •   Du management des services et PME d’hygiène et propreté
  •   Du droit social des TPE et PME de services

 


 

 

 

 

 

Publicités

11 réflexions sur “À propos de ce blog

  1. Bonjour,
    J’ai acheté votre livre « le grand guide de la lutte raisonnée contre les nuisibles ».
    J’y ai lu que l’on pouvait utiliser des rodenticides de première et seconde génération en bordure des cours d’eau.
    Récemment, j’ai rencontré un fabricant de produits qui m’a contredit cette information.
    Pouvez-vous, svp, me dire ce qu’il en est aujourd’hui ? En effet, je n’ai pas su trouver le règlement pour confirmer votre affirmation.
    Je vous remercie d’avance.

    Sébastien T.

    J'aime

  2. La désinformation est courante dans ce métier…
    Si vous utilisez des dispositifs d’appâtage sécurisés (boites solides et bien fermées, correctement attachées pour qu’elles n’aillent pas à l’eau ou soient déplacées par le vent) il n’y a aucune objection à utiliser des appâts autorisés pour les berges de cours d’eau (indication figurant sur l’emballage).

    J'aime

  3. Bonjour,
    Je reviens vers vous.
    J’ai entendu parlé d’une technique (par des personnes qui travaillent en site de stockage de grains) qui consiste à prendre un rat mort, le laisser sécher, le réduire en poudre, et épandre la poudre à différents endroits. Cela éviterait la pénétration des rats dans l’enceinte.
    Il s’agit là d’une méthode inconnue au bataillon comme on dit.
    Merci pour votre avis.

    J'aime

  4. Je doute fortement de ce procédé.
    Les rats côtoient régulièrement les cadavres des leurs, car leur vie n’est pas si facile qu’il n’y paraît et courte (+ou – 1 an).
    S’ils devaient donc quitter les lieux où se trouvent des cadavres, ils migreraient en permanence. Or, ce n’est pas le cas.
    Par ailleurs, les compétences de ceux qui s’occupent de la dératisation des grains stockés m’ont toujours parues très limitées, vu les résultats qu’ils obtiennent…

    J'aime

  5. Merci pour votre réponse rapide.
    En effet, ils laissent des boites d’appâts rodenticides en permanence tout au long de l’année (les sites sont totalement ceinturés au sol, bien que les rats circulent surtout via les poutres des charpentes pour ce que j’ai vu) et les rats sont tout de même présents en grande abondance toute l’année.
    Ils ne vérifient même pas les prise d’appâts. Ils remplissent les boîtes tous les 2 mois, qu’elles aient été consommées rapidement, ou pas du tout d’ailleurs.
    Je vous avoue que je ne comprends pas bien la logique de lutte avec les entreprises que je côtoie. Je pense qu’ils répondent tout simplement à l’obligation de moyen de lutte et rien d’autre. Le plan de lutte est présent, ils se contentent de ça. Avec les problématiques que cela engendre à long terme.
    Merci encore.

    J'aime

  6. Merci de confirmer l’incompétence de ces professionnels, qui « fabriquent » des souches de rats résistant aux anticoagulants, puisqu’elle est due à la consommation répétée de doses non létales.
    Et merci à la certification Certibiocide, qui conforte les professionnels dans des pratiques d’application à traçabilité paperassière totalement inefficaces.

    J'aime

  7. Bonjour,
    Je ne parviens pas à me procurer l’ouvrage Des rats et des hommes
    de Pierre Falgayrac. Quelqu’un pourrait-il m’en vendre un même utilisé? Merci
    Je suis sensible à la cause animale et j’ai appris que la Ville de Paris et VetAgro Sup était en passe de passer un accord juteux pour le second
    Le protocole d’abattage étant inconnu, je me demande si, la proposition de couper 1 cm de la queue des rats capturés, provoquerait leur mort par hémorragie? la traque des rat résistants aux anticoagulants se réduirait à récupérer les survivants de ces caudectomies sauvages.
    Est-ce possible de créer une hémorragie potentiellement mortelle de cette manière?
    Merci infiniment de me répondre.
    Christine Simon

    J'aime

  8. Bonjour
    Vous pouvez le commander ici: https://www.hyform.fr/publications/
    En ce qui concerne le contrat passé entre la Ville de Paris et VetAgroSup, il s’agit de vérifier, par analyse de queues de rats morts, leur éventuelle résistance aux anticoagulants. Il n’est donc pas question de les abattre, et encore moins de les attraper pour les relâcher avec 1 cm de queue coupée…
    De toute façon, la queue du rat lui sert à évacuer sa transpiration (c’est pour ça qu’elle est toujours grasse) et la couper ne provoque pas beaucoup de saignements, mais une « surchauffe » interne.
    Cordialement
    Pierre Falgayrac

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s